Publié et traduit par Winter – Dávila & Associés.
Paris, 15 juin 2022.

Auteur: Diego Zavala

Avocat avec mention exceptionnelle de la Pontificia Universidad Católica del Perú (PUCP), avec une thèse intitulée “Les sanctions du travail dans le hors-jeu : l’imminent pouvoir disciplinaire subordonné du club employeur dans le régime spécial du joueur de football professionnel”. Il est titulaire d’une maîtrise en droit du sport de Sports Law Institute et possède une expérience en droit du travail : il a été assistant chez Ernst & Young (EY Peru), professeur adjoint à la PUCP, cofondateur d’un portail web consacré au football – responsable de la ligne juridique – et secrétaire d’arbitrage du travail. Il est actuellement associé du cabinet Estudio Jurídico Zavala & Asociados

📍 D’autres versions linguistiques de l’article sont disponibles:

🇪🇸 Versión en Español
🇬🇧 English Version 

Vous avez besoin d’un avocat qui parle espagnol en France ou à l’international? N’hésitez pas à nous contacter !            

Bien qu’il s’agisse d’une proposition qui, au moins à court terme, est totalement exclue, le fait est que son introduction lors du 71ème Congrès de la Fédération Internationale de Football Association (“FIFA”) – qui s’est tenu virtuellement au mois de mai 2021 – a rempli son objectif initial : mettre en vogue le changement de la périodicité de la tenue des Coupes du Monde des équipes nationales masculines et féminines, en remplaçant son organisation actuelle de tous les quatre (4) ans à la moitié du temps, c’est-à-dire tous les deux ans.

En effet, ce qui avait été proposé à l’origine comme une idée “a été adopté à une très large majorité” : 166 voix pour et seulement 22 contre” (Puxeres, 2021), et ce ne sont que les parties prenantes ou “groupes d’intérêt” du football professionnel[1] qui ont dû se manifester pour s’opposer à l’avancée rapide de la motion, amenant le plus haut représentant de l’instance dirigeante du sport, Gianni Infantino, à s’exprimer de manière progressivement plus conciliante il y a moins de deux (2) mois, lors de la dernière édition de l’événement qui réunit chaque année toutes les fédérations affiliées à la FIFA :

“Le Congrès a demandé d’étudier la faisabilité. Mais la FIFA n’a rien proposé. Et il a été conclu que c’était réalisable et que cela aurait certaines conséquences et certains impacts. Maintenant, a-t-il poursuivi, la phase suivante commence, la phase de consultation, la phase de débat, la phase de recherche d’accords et de compromis. Avec les fédérations, les ligues, les joueurs (Infantino, cité par RPP, 2022). »

VOUS POUVEZ AUSSI LIRE: Qu’est-ce que le Nouveau Tribunal du football ?

C’est donc dans cette autre étape qu’il faudra évaluer l’ensemble des éléments ou facteurs qui seraient affectés – positivement ou négativement – par la variation temporaire du modèle actuel des Coupes du Monde de la FIFA, et notamment, pour les besoins de cet article, celui des vacances du footballeur professionnel.

Car oui, d’une manière générale, faire jouer tous les deux (2) ans les meilleurs joueurs pour le plus grand trophée de l’équipe nationale serait un plaisir absolu pour les spectateurs, une aubaine pour les organisateurs et les sponsors, un motif récurrent pour unir les nations de football de la planète. Mais si nous nous mettons un instant à la place des athlètes, si nous regardons tout cela du point de vue des clubs ?

En principe, pour évaluer la situation actuelle des congés auxquels ont droit les joueurs de football professionnels, il est essentiel, au moins en ce qui concerne le Pérou, de se référer aux dispositions des articles 1, 5, 6 et 10 du décret législatif 713, “Consolidation de la législation sur les congés payés des travailleurs soumis au régime du travail du secteur privé”[2] ; L’article 7(a) de la loi 26566, “Régime de travail des joueurs de football professionnels”[3] ; et les articles 9 et 10 du statut de l’Union de l’Association péruvienne des joueurs de football (“SAFAP”)[4], où il est clair que ces athlètes, comme les travailleurs soumis au régime de travail privé, ont le droit de se reposer vingt-quatre (24) heures consécutives par semaine, de bénéficier de vacances et de trente (30) jours de congé annuel.

Cependant, il y a une grande différence entre les deux groupes. La période pendant laquelle les athlètes peuvent en profiter n’est pas la même, puisque “les compétitions se déroulent généralement le week-end [et, dans certaines circonstances, les jours fériés], le concept de sport professionnel étant associé au temps libre du reste de la population” (Frega : 1999 : 157), afin que le jeu puisse être suivi par le plus grand nombre de personnes possible.

Par conséquent, le fait est que le droit de l’athlète au repos hebdomadaire, aux congés et aux vacances ne varie pas uniquement en fonction de ce que décide son employeur, mais est conforme au calendrier international des matchs que le football organisé et ses confédérations et/ou fédérations membres – sur la base de facteurs tels que celui mentionné au paragraphe précédent, le marketing, la vente de billets et les droits de diffusion, entre autres – établissent pour les clubs et les équipes nationales, selon le cas, en transférant la décision à la structure pyramidale propre à la FIFA.

 De cette façon, et conformément à ce qui est exprimé dans les articles 2, 3 et 9 du décret législatif susmentionné[5], dans le régime spécial de travail du joueur de football, il est habituel que celui-ci prenne ses congés à des dates différentes de celles du ” salarié ordinaire “, en respectant le fait qu’il le fasse un jour différent ou que, en échange, le club lui verse trois (3) rémunérations journalières (” une pour le jour de repos, l’autre pour le travail effectué et la dernière basée sur une surcharge de 100% ” (Arce, 2005 : 63)). Il en va de même pour le statut de la SAFAP dans son article 11°, qui ajoute un jour de repos supplémentaire par an pour le joueur : le 18 juillet, “Journée officielle du joueur de football professionnel”[6].

Photo: pixabay.com

Cependant, le véritable problème se pose en ce qui concerne le repos annuel, car il est insuffisant que l’article 14 du décret législatif 713 permette à l’employeur de fixer le moment où le travailleur bénéficie de ces trente (30) jours hors de ses obligations professionnelles[7] ou que l’article 4.7 de la circulaire FIFA n° 1171 oblige l’employeur à le stipuler dans le contrat[8].

N’oublions pas que, même avec certaines directives, c’est finalement la FIFA et sa structure pyramidale qui est chargée de décider du calendrier des matchs ; d’où la pertinence de la discussion relative à la réduction du temps entre une Coupe du monde et une autre. Avec cette légitimité, ajoutée au fait que la convocation dans une équipe nationale ou une équipe représentative est considérée comme une nécessité pour le footballeur, sans lien avec le contrat de travail qu’il peut avoir avec un club employeur, à quel moment peut-il profiter pleinement de ses vacances ? Comme le souligne à juste titre Frega :

La principale victime [est], bien sûr, le sportif, car il ne peut pas profiter pleinement de ses vacances. Mais, accessoirement, les attentes de son employeur sont également diminuées par le fait de devoir compter, pour la saison suivante, sur les services d’un employé qui non seulement n’a pas bénéficié d’un repos suffisant, mais a également été soumis aux rigueurs de la compétition de haut niveau. Il est également préjudiciable pour la fédération sportive de devoir faire appel à un joueur qui n’a pas eu un long repos et qui se rend à la compétition ou au rassemblement épuisé à la fin d’une saison difficile (ibid. : 163).

De toute évidence, la FIFA perd de vue le préjudice réel que ces changements engendrent pour toutes les parties concernées, mais surtout pour l’athlète qui, en tant que personne et travailleur, “est généralement privé de la pleine jouissance d’un droit du travail inaliénable que représentent les vacances” (Ibidem : 162).

 Gardons à l’esprit que la convocation à une équipe nationale touche surtout les tournois de rang mondial et continental (Coupe du monde et Copa América, par exemple), qui se déroulent généralement tous les deux (2) ans en alternance, entre les mois de juin et juillet -sauf, bien sûr, Qatar 2022-, lorsque la plupart des compétitions de clubs sont terminées et que les joueurs devraient se reposer. Et cela signifie que les athlètes sélectionnés par l’entraîneur national devront aller, sans hésiter, remplir les obligations de leur fédération, en sacrifiant partiellement le bénéfice de leur période de vacances.

VOUS POUVEZ AUSSI LIRE: La professionnalisation du football féminin

Le paradoxe de la question est que face à un tel désavantage, personne ne peut être tenu responsable. En effet, l’employeur remplit son obligation d’accorder des vacances. La Fédération, pour sa part, exerce son droit de sélectionner parmi ses sportifs fédérés ceux qu’elle juge les plus aptes à la représenter sur le plan international. Mais le seul qui n’exerce pas ce droit non négociable est le travailleur (Idem).

Heureusement, la grande majorité des clubs, malgré les inconvénients que cela leur génère en soi, sont conscients des dommages que l’absence de moment de détente génère dans la condition physique de l’athlète professionnel, c’est pourquoi ils autorisent généralement les athlètes concernés à réintégrer le groupe après leurs coéquipiers, lorsque la prochaine pré-saison a déjà commencé. Toutefois, avec un temps d’attente réduit entre deux Coupes du monde, auquel s’ajoutent les coupes continentales, les éliminatoires et les matches amicaux, entre autres, devrait-on continuer ainsi ? Les sportifs ne devraient-ils pas se joindre aux revendications ?

Comme l’illustre la Fédération Internationale des Footballeurs Professionnels (“FIFPRO”) dans le “Global Player and Performance Coach Survey” récemment publié, les premiers sont clairs : même avec le scénario actuel, de nouvelles réglementations sont déjà nécessaires de toute urgence pour faire face à la saturation croissante des matchs et à la charge des déplacements ; tandis que les seconds ne mâchent pas leurs mots : la surcharge provoque des problèmes de santé mentale et de mode de vie chez les athlètes (FIFPRO, 2022).

Sans entrer dans les détails, les footballeurs appartenant au Liverpool FC lors de la saison 2021-2022, Sadio Mané et Mohamed Salah, ont parcouru respectivement 93 393 km et 85 708 km, en jouant 70 matchs chacun, alors que les spécialistes recommandent de ne pas dépasser 55 matchs par saison (Ibid.). Il est clair que ce ne sont pas seulement les droits du travail des footballeurs qui sont en danger, mais surtout leur santé et leur intégrité physique. Qu’est-ce qui l’emportera au bout du compte ? La discussion est en cours.

Si vous avez aimé ce sujet, nous vous invitons à partager l’article, à le commenter et à parcourir le reste des articles dans les réseaux sociaux et les plateformes de Winter – Dávila & Associés. 

Si vous voulez des conseils en lien avec le sujet de l’article, n’hésitez pas à nous contacter (email : contact@wdassocies.com)

Langue originale de l’article : Espagnol

AVIS LÉGAL : Cet article a été préparé à des fins d’information uniquement. Il ne remplace pas un conseil juridique adapté à des circonstances particulières. Vous ne devez pas engager ou vous abstenir d’engager une action en justice sur la base des informations contenues dans le présent document sans avoir au préalable sollicité un avis professionnel et individualisé en fonction de votre propre situation. Le recrutement d’un avocat est une décision importante qui ne doit pas être basée uniquement sur les publicités.


 Références 

[1] Selon la définition 18 des Statuts de la FIFA, il s’agit de “personnes, entités ou organismes qui, sans être des fédérations membres de la FIFA ou de l’un de ses organes, ont un intérêt dans les activités, actions, objectifs et politiques de la FIFA ou sont affectés de quelque manière que ce soit par celles-ci, en particulier les clubs, les joueurs, les entraîneurs et les ligues professionnelles”.

[2] Artículo 1.- El trabajador tiene derecho como mínimo a 24 horas consecutivas de descanso en cada semana, el que se otorgará preferentemente en día domingo

(…) Artículo 5.- Los trabajadores tienen derecho a descanso remunerado en los días feriados señalados en esta ley, así como en los que se determinen por dispositivo legal específico.

 Artículo 6.- Son días feriados los siguientes:

     – Año Nuevo (01 de enero)

     – Jueves Santo y Viernes Santo (movibles)

     – Día del Trabajo (01 de mayo)

     – San Pedro y San Pablo (29 de junio)

     – Fiestas Patrias (28 y 29 de julio)

     – Santa Rosa de Lima (30 de agosto)

     – Combate de Angamos (8 de octubre)

     – Todos los Santos (01 de noviembre)

     – Inmaculada Concepción (08 de diciembre)

     – Navidad del Señor (25 de diciembre).

(…)

Artículo 10.- El trabajador tiene derecho a treinta días calendario de descanso vacacional por cada año completo de servicios.

 Dicho derecho está condicionado, además, al cumplimiento del récord que se señala a continuación:

  1. Tratándose de trabajadores cuya jornada ordinaria es de seis días a la semana, haber realizado labor efectiva por lo menos doscientos sesenta días en dicho período.
  2. Tratándose de trabajadores cuya jornada ordinaria sea de cinco días a la semana, haber realizado labor efectiva por lo menos doscientos diez días en dicho período (…).

[3] “Artículo 7.- El futbolista tiene derecho a los beneficios pactados en el contrato y especialmente a:

  1. Descanso semanal, días feriados y descanso vacacional, de acuerdo a la naturaleza del contrato”.

[4] Artículo 9.- Descanso Semanal.

Los Futbolistas disfrutarán del descanso semanal mínimo de un (01) día que será disfrutado de forma continuada e ininterrumpida.

Artículo 10.- Descanso Vacacional.

Los Futbolistas tienen derecho a vacaciones anuales retribuidas de 30 días naturales de conformidad a lo establecido en la legislación laboral nacional vigente.

[5] Artículo 2.- Cuando los requerimientos de la producción lo hagan indispensable, el empleador podrá establecer regímenes alternativos o acumulativos de jornadas de trabajo y descansos respetando la debida proporción, o designar como día de descanso uno distinto al domingo, determinando el día en que los trabajadores disfrutarán del descanso sustitutorio en forma individual o colectiva.

Artículo 3.- Los trabajadores que laboren en su día de descanso sin sustituirlo por otro día en la misma semana, tendrán derecho al pago de la retribución correspondiente a la labor efectuada más una sobretasa del 100%. (…)

Artículo 9.- El trabajo efectuado en los días feriados no laborables sin descanso sustitutorio dará lugar al pago de la retribución correspondiente por la labor efectuada, con una sobretasa de 100%.

[6] Artículo 11.- Otros días de descanso y permisos especiales.

Los Futbolistas disfrutarán de los días de descanso que establezca el calendario laboral de cada año, a excepción de aquellos días que coincidan con un partido de fútbol o en las 48 horas anteriores, si se jugase en campo propio o 72 horas, si se jugase en campo ajeno, en cuyo caso será trasladado su disfrute a otro día de la semana, de mutuo acuerdo con el Club. Además de los días feriados no laborables establecidos por normas estatales, se considerará feriado no laborable para los Futbolistas el día 18 (dieciocho) de julio, considerándolo como “Día oficial del Futbolista Profesional”. El disfrute de este feriado podrá ser trasladado a otr[a] fecha si existen circunstancias objetivamente justificadas relacionadas con la actividad futbolística. En cuanto a permisos especiales, se estará a lo dispuesto en la materia por las leyes estatales que rigen las relaciones laborales de los trabajadores sujetos al régimen laboral de la actividad privada.

[7] Artículo 14.- La oportunidad del descanso vacacional será fijada de común acuerdo entre el empleador y el trabajador, teniendo en cuenta las necesidades de funcionamiento de la empresa y los intereses propios del trabajador. A falta de acuerdo decidirá el empleador en uso de su facultad directriz.

[8] “4.7. El contrato regula las ausencias temporales pagadas (vacaciones)”.

Bibliographie 

– Arce Ortiz, Elmer Guillermo (2005). El futbolista profesional y sus derechos laborales. Lima : ARA Editores.

– Congrès de la République du Pérou (1995). Loi 26566. Régimen laboral de los jugadores de fútbol profesional. Dictan normas referidas a la relación laboral de los futbolistas profesionales con los clubes deportivos. 29 décembre.

– Fédération Internationale de Football Association (FIFA). (2008). Circulaire n° 1171 : Exigences minimales pour les contrats types de joueurs dans le football professionnel. 24 novembre.

– Fédération Internationale des Footballeurs Professionnels (FIFPRO) (2022). Une enquête révèle que les footballeurs professionnels souhaitent que des règles les protègent contre une charge de travail trop lourde. 26 mai.

– Frega Navia, Ricardo (1999). Contrato de Trabajo Deportivo. Madrid : Imprenta Fareso S.A.

– Présidence de la République du Pérou (1991). Decreto Legislativo 713. Consolidan la legislación sobre descansos remunerados de los trabajadores sujetos al régimen laboral de la actividad privada. 7 novembre.

– RPP. (2022). La FIFA n’a pas exclu de jouer la Coupe du monde tous les deux ans : “C’est viable”, a déclaré Gianni Infantino. 31 mars, du site Web du RPP : https://rpp.pe/futbol/futbol-mundial/fifa-no-descarto-jugar-el-mundial-cada-dos-anos-es-viable-dijo-presidente-gianni-infantino-noticia-1396635?ref=rpp

– Puxeres, Luis (2021). La FIFA envisage d’organiser la Coupe du monde tous les deux ans. 21 mai, de La Vanguardia Site web : https://www.lavanguardia.com/deportes/futbol/20210521/7473432/fifa-mundial-calendario-dos-anos-superliga.html

– Sindicato Asociación de Futbolistas Agremiados del Perú (SAFAP). (2005). Estatuto. 17 février.

Cet article a été publié et traduit par Winter – Dávila & Associés, un cabinet international basé à Paris – France, composé d’avocats spécialisés dans le droit du sport, le droit des sociétés, l’arbitrage et la représentation.

Vous voulez en savoir plus sur Winter – Dávila & Associés ? CLIQUEZ ICI

Vous avez aimé le contenu? Partagez-le!